Conjugaison

Le verbe suspendre conjugué au présent de l'indicatif

Je suspends

Tu suspends

Elle/Il suspend

Nous suspendons

Vous suspendez

Elles/Ils suspendent



Autres temps de l'indicatif:
Imparfait:
Je suspendais
Tu suspendais
Elle/Il suspendait
Nous suspendions
Vous suspendiez
Elles/Ils suspendaient
Futur:
Je suspendrai
Tu suspendras
Elle/Il suspendra
Nous suspendrons
Vous suspendrez
Elles/Ils suspendront
Passé simple:
Je suspendis
Tu suspendis
Elle/Il suspendit
Nous suspendîmes
Vous suspendîtes
Elles/Ils suspendirent


Autres modes et temps:
Conditionel Présent:
Je suspendrais
Tu suspendrais
Elle/Il suspendrait
Nous suspendrions
Vous suspendriez
Elles/Ils suspendraient
Présent du subjonctif:
Que je suspende
Que tu suspendes
Qu'elle/Il suspende
Que nous suspendions
Que vous suspendiez
Qu'elles/Ils suspendent
Imparfait du subjonctif:
Que je suspendisse
Que tu suspendisses
Qu'elle/Il suspendît
Que nous suspendissions
Que vous suspendissiez
Qu'elles/Ils suspendissent
Impératif:
suspends
suspendons
suspendez


Définition du verbe suspendre:
Il se conjugue comme pendre.

1° Mettre, soutenir un corps en l'air de manière qu'il pende.
On lui lia les pieds, on vous le suspendit, LA FONT., Fabl. III, 1.
Ces boucliers, ces devises, ces armes qu'on suspendait dans la lice, VOLT., Tancrède, Épît.
On les suspendait [les protestants sur la place de l'Estrapade] au bout d'une longue poutre, posée sur une poulie au-dessus d'un poteau de vingt pieds de haut, et on les faisait descendre à plusieurs reprises sur un large bûcher enflammé, ID., Hist. Parl. XIX.
Au moindre tracas qui survient, on le suspend [l'enfant en nourrice] à un clou comme un paquet de hardes, J. J. ROUSS., Ém. I.
On suspend un cheval, c'est-à-dire on le soutient en l'air, dans certaines opérations, quelquefois pour le ferrer, quelquefois aussi dans certaines maladies, pour l'empêcher de rester couché.

2° Fig. Interrompre, discontinuer, remettre.
Elle [l'imagination] fait croire, douter, nier la raison ; elle suspend les sens, elle les fait sentir, PASC., Pens. III, 3, éd. HAVET.
Le ciel, qui semblait suspendre en faveur de la piété de la reine la vengeance qu'il méditait, BOSSUET, Reine d'Anglet.
Une mort soudaine et surprenante qui a suspendu le cours de nos victoires, FLÉCH., Turenne.
Dès qu'un léger sommeil suspendait mes ennuis, RAC., Iphig. I, 1.
Votre absence en ces lieux suspend toute la joie, ID., Esth. III, 2.
Mes filles, c'est assez ; suspendez vos cantiques, ID., Ath. II, 1.
Donc, mes frères, vous que ce discours regarde, et qui vivez dans des habitudes de crime, que le devoir pascal n'a fait jusqu'ici que suspendre pour un moment, MASS., Carême, sur la communion.
Molière, ayant suspendu son chef-d'oeuvre du Misanthrope, le rendit quelque temps après au public, accompagné du Médecin malgré lui, VOLT., Vie de Molière.
Méchants, suspendez vos blasphèmes, GILB., le Jugem. dern.
Elle [Marie d'Anjou] suspendit le payement de ses officiers pour le joyeux voyage de monsieur saint Jacques en Galice, DUCLOS, Oeuvr. t. II, p. 196.
Bientôt le silence de toute la nature l'invite au repos ; un calme délicieux suspend ses sens ; sa paupière s'appesantit, ses idées fuient, échappent, elle s'endort, CONDILLAC, Traité sens. III, 7.
Le froid excessif des hivers qui suspendait le cours des fleuves, RAYNAL, Hist. phil. XVI, 14.
Il parut un arrêt du conseil en date du 13 août 1769, par lequel le roi suspendait le privilége exclusif de la compagnie des Indes, ID., ib. IV, 26.
Ces spectres, ces lutins rôdant dans les ténèbres, Vieux récits, dont le charme, amusant les hameaux, Abrège la veillée et suspend les fuseaux, DELILLE, Imag. IV.
Suspendre un travail, des travaux, interrompre son travail, des travaux.
Suspendre ses payements, se dit d'une maison de commerce qui ne peut pas payer, momentanément au moins, ce qu'elle doit.
Suspendre son jugement, attendre, pour porter un jugement, qu'on soit plus éclairé.
L'art de disputer sur toutes choses, sans prendre jamais d'autre parti que de suspendre son jugement, s'appelle pyrrhonisme, , Anal. de Bayle, t. III, p. 393.
On doit faire ici ce que les hommes sages font à la lecture de toutes les histoires anciennes et même modernes : suspendre son jugement, et douter beaucoup, VOLT., Dict. phil. Dénombrement.
L'homme éclairé suspend l'éloge et la censure, GRESSET, Méch. IV, 4.

3° Il se dit de la constitution, d'une loi qu'on interrompt pour un temps. à la suite des troubles la constitution fut suspendue.
La liberté du citoyen est si précieuse, que les lois seules peuvent en suspendre l'exercice, BARTHÉL., Anach. Introd. part. II, sect. 1.

4° Arrêter pour quelque temps. Les troupes ont suspendu leur marche.
Que toujours dans vos vers le sens, coupant les mots, suspende l'hémistiche, en marque le repos, BOILEAU, Art p. I.

5° Fig. Interdire à quelqu'un l'exercice de ses fonctions, sans lui ôter le caractère dont il est revêtu. On a suspendu le maire de cette commune. Suspendre un prêtre de ses fonctions.

6° Tenir en suspens, attentif.
On demeura surpris : Cela suspendit les esprits, LA FONT., Fabl. VIII, 8.

7° Terme de musique. Faire une suspension.
On ne peut guère passer raisonnablement d'un accord à l'autre, sans trouver une note qu'on peut suspendre et résoudre, GRÉTRY, Méth. pour prél. 15.

8° Se suspendre, v. réfl. Se tenir suspendu.
Il [le fourmilier] monte sur les arbres, et se suspend aux branches par l'extrémité de sa queue, BUFF., Quadrup. t. IV, p. 56.

9° Être interrompu.
En vérité, lorsqu'il m'arrive de penser que je suis dans le souvenir de ces deux personnes, pour ce moment toutes mes peines se suspendent, VOIT., Lett. 51.
Participe présent du verbe suspendre est suspendant
Le verbe suspendre est une verbe du 3ème groupe.
Voisi quelques autres verbes du 3ème groupe:
  • Courir
  • Entretenir
  • Oindre
  • RecomparaĆ®tre
  • RenaĆ®tre
  • Retendre


  • Pour nous contacter...