Conjugaison

Le verbe frémir conjugué au présent de l'indicatif

Je frémis

Tu frémis

Elle/Il frémit

Nous frémissons

Vous frémissez

Elles/Ils frémissent



Autres temps de l'indicatif:
Imparfait:
Je frémissais
Tu frémissais
Elle/Il frémissait
Nous frémissions
Vous frémissiez
Elles/Ils frémissaient
Futur:
Je frémirai
Tu frémiras
Elle/Il frémira
Nous frémirons
Vous frémirez
Elles/Ils frémiront
Passé simple:
Je frémis
Tu frémis
Elle/Il frémit
Nous frémîmes
Vous frémîtes
Elles/Ils frémirent


Autres modes et temps:
Conditionel Présent:
Je frémirais
Tu frémirais
Elle/Il frémirait
Nous frémirions
Vous frémiriez
Elles/Ils frémiraient
Présent du subjonctif:
Que je frémisse
Que tu frémisses
Qu'elle/Il frémisse
Que nous frémissions
Que vous frémissiez
Qu'elles/Ils frémissent
Imparfait du subjonctif:
Que je frémisse
Que tu frémisses
Qu'elle/Il frémît
Que nous frémissions
Que vous frémissiez
Qu'elles/Ils frémissent
Impératif:
frémis
frémissons
frémissez


Définition du verbe frémir:
1° Produire un bruit par l'agitation de ce qui a beaucoup de parties. J'entends frémir les flots irrités. Le feuillage frémit.
Il se dit, par extension, de tout grand bruit.
S'il querelle les vents, ils n'osent plus frémir, ROTR., St Genest, III, 2.
La discorde en fureur frémit de toutes parts, RAC., Esth. Prologue.
Mais l'airain menaçant frémit de toutes parts, ID., Athal. IV, 5.
Dans les combats, ils [les phoques] rugissent et frémissent comme le lion, et enfin dans la joie et après la victoire ils font un petit cri aigu qu'ils réitèrent plusieurs fois de suite, BUFF., Quadrup. t. XI, p. 193, dans POUGENS.
Comme un homme sauvé du naufrage sur un rocher, je contemple de ma solitude les orages qui frémissent dans le reste du monde, BERN. DE ST-PIERRE, Paul et Virg.

2° Éprouver un mouvement de vibration qui produit un frémissement léger, un faible murmure.
Terre, frémis d'allégresse et de crainte, RAC., Esth. III, 9.
On sait que, si dans le même instrument il y a plusieurs cordes à l'unisson ou qui fassent leurs vibrations dans le même temps, si l'on pince une de ces cordes, toutes celles qui seront à son ton frémiront à la fois, BONNET, Ess. psychol. chap. 25.
Il se dit aussi de l'eau qui murmure et s'agite avant de bouillir. L'eau ne tardera pas à bouillir, elle frémit déjà.
La mer frémit, elle commence à s'agiter.

3° Fig. Éprouver un tremblement, une sorte de vibration intérieure par l'effet de la crainte, de l'horreur, de la colère.
Nous fait frémir le coeur, nous tire de nous-mêmes, RÉGNIER, Sat. XVI.
Je ne puis, sans frémir, parler des auteurs d'un si exécrable attentat, VAUGEL., Q. C. liv. VI, dans RICHELET.
Et la seule pensée en fait frémir d'horreur, CORN., Cinna, IV, 6.
D'où vient que tu frémis et que ton coeur soupire ?, ID., Poly. II, 1.
Même l'on dit que l'ouvrier [le statuaire] Eut à peine achevé l'image, Qu'on le vit frémir le premier Et redouter son propre ouvrage, LA FONT., Fabl. IX, 6.
Son nom seul fait frémir nos veuves et nos filles, RAC., Andr. I, 2.
J'aime à vous voir frémir à ce funeste nom, ID., Phèd. I, 3.
Ah ! combien frémira son ombre épouvantée !, ID., ib. IV, 6.
Il faut des châtiments dont l'univers frémisse, ID., Esth. II, 1.
Qu'ils pleurent, ô mon Dieu, qu'ils frémissent de crainte, Ces malheureux qui de ta cité sainte Ne verront point l'éternelle splendeur, ID., Athal. II, 9.
Mais d'où vient que mon coeur frémit d'un saint effroi ?, ID., ib. III, 7.
....trop au-dessus d'eux, je leur puis pardonner De frémir sous le joug que je veux leur donner, VOLT., M. de Cés. I, 4.
Plusieurs protestants étaient à table ; les uns se plaignaient amèrement [à la révocation de l'édit de Nantes], d'autres frémissaient de colère, ID., l'Ingénu, 8.
Les anciens ne s'étaient pas contentés de faire du cygne un chantre merveilleux ; seul entre tous les êtres qui frémissent à l'aspect de leur destruction, il chantait encore au moment de son agonie, et préludait par des sons harmonieux à son dernier soupir, BUFF., Ois. t. XVII, p. 39, dans POUGENS.
Mon coeur frémit de joie, DUCIS, Macbeth, II, 3.
Elle frémit de tous ses membres, et sûrement l'approche de l'échafaud ne lui aurait pas causé plus d'effroi, STAËL, Corinne, XVI, 3.
Il se dit avec de et un infinitif.
Et déjà, tout confus, croyant midi sonné, En soi-même frémit de n'avoir pas dîné, BOILEAU, Lutr. IV.
Honteux et frémissant de vous interroger, VOLT., Tancr. III, 4.
Fig.
Je vois que sa vertu frémit de leur fureur, RAC., Brit. IV, 3.
Bassesses dont votre orgueil frémit en secret, MASS., Carême, Culte.
Lorsqu'elle [la magistrature japonaise] a fait exposer les femmes nues, elle a fait frémir la pudeur, MONTESQ., Esp. XII, 14.
On m'en a envoyé des morceaux indignement falsifiés qui font frémir le bon goût et la décence, VOLT., Lett. Richelieu, 26 mai 1755.
Cela fait frémir la nature, se dit de ce qui cause beaucoup d'horreur. Un spectacle à faire frémir la nature.
Participe présent du verbe frémir est frémissant
Le verbe frémir est une verbe du 2ème groupe.
Voisi quelques autres verbes du 2ème groupe:
  • Assortir
  • Bâtir
  • Désassortir
  • Embellir
  • Rabonnir
  • Renformir


  • Pour nous contacter...