Conjugaison

Le verbe déprendre conjugué au présent de l'indicatif

Je déprends

Tu déprends

Elle/Il déprend

Nous déprenons

Vous déprenez

Elles/Ils déprennent



Autres temps de l'indicatif:
Imparfait:
Je déprenais
Tu déprenais
Elle/Il déprenait
Nous déprenions
Vous dépreniez
Elles/Ils déprenaient
Futur:
Je déprendrai
Tu déprendras
Elle/Il déprendra
Nous déprendrons
Vous déprendrez
Elles/Ils déprendront
Passé simple:
Je dépris
Tu dépris
Elle/Il déprit
Nous déprîmes
Vous déprîtes
Elles/Ils déprirent


Autres modes et temps:
Conditionel Présent:
Je déprendrais
Tu déprendrais
Elle/Il déprendrait
Nous déprendrions
Vous déprendriez
Elles/Ils déprendraient
Présent du subjonctif:
Que je déprenne
Que tu déprennes
Qu'elle/Il déprenne
Que nous déprenions
Que vous dépreniez
Qu'elles/Ils déprennent
Imparfait du subjonctif:
Que je déprisse
Que tu déprisses
Qu'elle/Il déprît
Que nous déprissions
Que vous déprissiez
Qu'elles/Ils déprissent
Impératif:
déprends
déprenons
déprenez


Définition du verbe déprendre:
v. a.

1° Séparer deux choses prises ensemble.
On déprit de part et d'autre les crampons de fer, SCARR., Rom. com. II, 19.

2° Fig. Détacher, faire qu'on ne soit pas attaché.
Ils y tiennent et s'y attachent si fort qu'il n'y a point de moyen de les en déprendre, BALZ., 4e disc. sur la cour.
Jésus-Christ nous a dépris du commerce des choses de la terre, , Traduction des lettres de St Augustin, dans RICHELET.
Les années, bien loin de déprendre leur coeur de ce qu'ils ont aimé jusqu'à ne pouvoir se résoudre d'y renoncer pour Dieu, ne servent au contraire qu'à les y attacher davantage, BOURDAL., Purific. de la Vierge, Myst. t. II, p. 283.

3° Se déprendre, v. réfl. Se débarrasser, rompre ses liens. Cet oiseau s'était pris à la glu et ne pouvait s'en déprendre.
La double serre [l'ancre] ne s'est pas plutôt déprise de la chevelure de l'abîme, qu'un mouvement se fait sentir dans le corps entier du vaisseau, CHATEAUB., Natch. VII, 318.
Fig.
Les mélancoliques ne se déprennent pas aisément de leurs passions, BALZ., liv. VII, lett. 6.
Des biens dont nos coeurs ne se peuvent déprendre, BOSSUET, Fr. d'Ass. 2.
Elle ne se peut déprendre de ces pensées sensuelles, ID., Purif. 1.
Fortifiez-moi par la douleur pour achever de me déprendre de tout, FÉN., t. XVIII, p. 165.
Plus vous paraissez né d'un caractère facile, léger, inconstant, plus il vous sera aisé de vous déprendre de vos attachements criminels et de revenir à votre Dieu, MASS., Car. Pécher.
Si vous ne pouvez vous déprendre de rien, vous retrancher sur rien...., ID., ib.
Des liens indissolubles dont on ne peut plus se déprendre, ID., Prof. rel. Serm. 2.
Un secours qui lui aidât [à l'âme] à se déprendre des filets où le monde et le démon l'avaient enlacée, ID., Confér. Excell. du sacerd.
Nous ne pouvons nous déprendre de nous-mêmes ; nous n'osons rompre des liens qui nous accablent, ID., Panég. St Benoît.
Ma mère dont, malgré la mort, son coeur n'avait pu se déprendre, J. J. ROUSS., Conf. V.
Participe présent du verbe déprendre est déprenant
Le verbe déprendre est une verbe du 3ème groupe.
Voisi quelques autres verbes du 3ème groupe:
  • Accro├«tre
  • Autodissoudre
  • Commettre
  • Compara├«tre
  • Joindre
  • Prescrire


  • Pour nous contacter...